EWALD (J.)


EWALD (J.)
EWALD (J.)

EWALD JOHANNES (1743-1781)

Fils d’un pasteur piétiste du Sønderjylland (Danemark), tracassé par un tempérament irrémédiablement fantaisiste, bohème, maladif — il mourra de tuberculose dans sa trente-septième année —, Ewald se définissait lui-même comme une sorte de Don Quichotte "qui a toujours été amant de la liberté jusqu’à l’enthousiasme", en outre doué "d’une véhémente puissance d’imagination". Des amours malheureuses, une carrière chaotique donneraient volontiers à penser qu’il s’est jeté sur l’écriture pour pallier les travers d’une existence qui, de toute façon, ne pouvait satisfaire les "failles" qu’il apercevait dans son "développement".

Ewald débute par un récit allégorique à la mode du temps, Le Temple du bonheur (1763), suivi d’une tragédie à la française, en alexandrins, Adam et Ève (1768), où il médite sur le péché originel. Puis il découvre Saxo Grammaticus et son exaltation des grandeurs nationales, et rédige, en prose, la tragédie Rolf Krage (1770) qui préfigure la poésie héroïque du romantisme scandinave. Il vit de poèmes de circonstance, genre où il est resté maître, sur quoi un séjour à Rungstedlund — qui sera un jour la résidence de Karen Blixen qui lui a dûment rendu hommage dans ses Essais —, lui inspire un chef-d’œuvre en vers, toujours inspiré de Saxo, également sur un sujet scandinave ancien: La Mort de Balder (1773), évoquée dans une perspective très racinienne de la fatalité de la passion. Dans la pièce sont intercalés des morceaux lyriques chantés, comme le célèbre trio des Valkyries, formule qui connaîtra une longue fortune au Danemark. C’est à Rungstedlund également qu’Ewald compose une ode religieuse à la manière de Klopstock, Les Félicités de Rungstedlund , qui reste un des chefs-d’œuvre mystiques et lyriques de la poésie danoise. Puis, sous l’influence de Sterne, il rédige une manière d’autobiographie, Vie et opinions (1774-1778), où il entend approfondir, à travers son propre exemple, "la connaissance du cœur humain": superbe méditation dans le genre libre qui vaut avant tout pour un ton demeuré assez caractéristique de la littérature danoise en général: s’y mêlent librement gravité et désinvolture, le lyrisme toujours sous-jacent étant régulièrement tempéré par une ironie bonhomme.

Emprisonné pour ivrognerie, Ewald ne devra qu’à la mansuétude d’un puissant protecteur d’être tiré de sa cellule. Il écrit alors un opéra, Les Pêcheurs (1779), sur un argument pris dans l’actualité: les pêcheurs d’un petit village danois sauvent héroïquement un navire en perdition. Avec l’ensemble des Odes qu’il rédigea sur des sujets divers dans la dernière partie de sa vie, Les Pêcheurs expriment le meilleur de son inspiration: comment parvenir au bonheur céleste auquel nous sommes promis, par une lutte constante contre nos vices et nos instincts mauvais. Il y a évidemment du préromantisme dans cette inspiration, encore que sans trop de concessions à une sensiblerie mièvre, et dans une langue d’une impeccable musicalité. En fait, Ewald est également intéressant par la position d’équilibre, ou de transition exacte, qu’il assume. De "l’âge des Lumières", il a gardé le respect sourcilleux des exigences de la raison, mais il a su faire la part égale au "sentiment", notamment à partir de la réflexion patriotique sur les grandeurs nationales, et d’un incorrigible besoin d’affirmer une personnalité qu’il savait "étrange".

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ewald — Ewald, mit der Variante Ewaldt (selten Ewalt), ist ein alter deutscher, männlicher Vorname, der heute auch als Familienname in Gebrauch ist. Herkunft und Bedeutung Der Name ist, wie zahlreiche andere alte deutsche Vornamen auch, aus zwei… …   Deutsch Wikipedia

  • Ewald — may refer to any of the following people and concepts:*People **Either of the two saints named Ewald, martyrs in Old Saxony about 695. **Johannes Ewald, a Danish dramatist and poet. **Paul Peter Ewald, a pioneer of X ray diffraction and… …   Wikipedia

  • Ewald — m German: from an old Germanic personal name composed of the elements ēo law, right + wald rule. This name was borne in the 7th century by a pair of brothers, apparently originally from Northumbria, who evangelized north Germany and Frisia. In… …   First names dictionary

  • Ewald — (altdeutsch, männlicher Vorname, der echt Kräftige, Mächtige). 1) St. E., zwei Brüder aus England (nach der Farbe ihrer Haare der Weiße u. Schwarze E.), gehörten zu den 12 Missionarien, welche St. Egbert zu Ende des 7. Jahrh. aus England zu den… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ewald [1] — Ewald, Heilige, zwei Brüder aus England, der Weiße und der Schwarze genannt, die gegen Ende des 7. Jahrh. als Missionare in Westfalen wirkten und daselbst den Märtyrertod fanden. Dort werden sie auch als Landespatrone verehrt; ihre Reliquien… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ewald [2] — Ewald, 1) Johannes, dän. Dichter, geb. 18. Nov. 1743, gest. 17. März 1781 in Kopenhagen, kam nach dem Tode seines streng pietistischen Vaters, der Prediger war, elfjährig in die Schule nach Schleswig, deren pedantischem Zwang er entfloh, in der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ewald — Ewald, Heilige, zwei angelsächs. Priester, der Schwarze und der Weiße, starben um 695 in Westfalen den Märtyrertod; als Landespatrone Westfalens verehrt; Gedächtnistag 3. Okt. – Vgl. Mertens (1879) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ewald [2] — Ewald, Heinr., Theolog und Orientalist, geb. 16. Nov. 1803 zu Göttingen, 1827 Prof. das.; 1837 als einer der »Göttinger Sieben« abgesetzt, 1838 Prof. zu Tübingen, 1848 wieder zu Göttingen, 1868 als heftiger Gegner der Annexion Hannovers nochmals… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ewald [3] — Ewald, Johannes, dän. Dichter, geb. 18. Nov. 1743 zu Kopenhagen, gest. 17. März 1781; vorzüglich als Lyriker und in seinen lyrischen Dramen (»Adam und Eva«, »Balders Tod«, »Die Fischer«) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ewald [4] — Ewald, Joh. Joach., Dichter, geb. 3. Sept. 1727 zu Spandau, Freund E. von Kleists, trat in Italien zur kath. Kirche über, ging 1762 nach Afrika, seitdem verschollen. »Sinngedichte« (1755; neu hg. 1890) …   Kleines Konversations-Lexikon